Actualité de l'Eco Campus Provence Formation

Témoignages apprenants et entreprises

Une reconversion spectaculaire !

Ce n'est pas un parcours ordinaire qu'a effectué Éric Lecru, avant de décrocher cette année le titre de major de promotion de la section AC PRO PCEPC/BEP (Procédés Chimie Eau Papier Carton). A 48 ans, en effet, l'apprenti quadragénaire a déjà plusieurs séquences de vie à son actif. Dont huit ans en qualité d'éleveur de porcins sur le plateau de Valensole ! Puis un contrat à l'Occitane. « C'est là que j'ai été informé des possibilités de formations. J'ai alors décidé de me relancer dans les études » raconte l'apprenti diplômé. Pas facile pourtant, à près de 50 ans, de reprendre le chemin du tableau noir. « Je suis curieux de nature : apprendre ce n'est pas un souci, mais se retrouver avec des élèves de l'âge de ma fille, ce n'est pas évident. Ça s'est bien passé, au demeurant. J'ai donc décroché cette année le BEP. L'an prochain, c'est le baccalauréat. Il y a 40 000 salariés dans le secteur chimie dans la région PACA. D'ici 2024, 40 pour cent vont partir à la retraite ! On imagine qu'il y a du boulot dans la filière. Je n'ai rien fixé pour l'avenir. Je sais simplement qu'il y aura du travail au soir du diplôme !

Eric Lecru

Apprenti en Bac Pro PCEPC

L'Éco-Campus, c'est le contraire des formations parking

« L'alternance c'est le meilleur système de formation » affirme François Amigon qui suit la formation de dessinateur projecteur niveau BTS proposée par l'Eco-Campus sur un an.
Comme son nom l’indique, le dessinateur/projecteur « dessine », « projette » les données concernant le terrain et permet au reste de la chaîne de visualiser directement le projet finalisé avant de se rendre sur place. Il utilise de nombreux logiciels d’architecture, de mapping mais aussi les outils plus bureautiques pour illustrer tous les projets et intégrer les indications à suivre lors de la mise en place. Un professionnel qui doit donc maîtriser des logiciels spécialisés mais également avoir des affinités avec la modélisation 3D. Il réalise dès lors les plans associés au projet, dimensionne le réseau et entre l’ensemble des informations dans la base de données de l’opérateur ou l’entreprise pour lesquels il travaille.
François n’est pas tout à fait un apprenti comme les autres… Du haut de ses 47 ans, il a déjà fréquenté le monde de l'emploi dans toute sa diversité. Après des études de droit, sa passion le conduit sur la scène et dans les coulisses du monde du spectacle. « J'ai été intermittent du spectacle pendant des années ajoute l'apprenti tullésain. Puis le marché du travail s'est retréci et m'a invité à me diriger vers autre chose. Je suis alors revenu à mes premières amours à savoir l'architecture via une formation comme dessinateur en bâtiment ».
Mais là encore, d'intérim en intérim, c'était compliqué. En 2017, à l’occasion du Forum pour l'emploi à Manosque, François rencontre François-Xavier de la CCIT. « Il m'a parlé de cette formation dessinateur/projecteur en fibre optique. J'ai rempli les cases ». François se retrouve donc en alternance à Sainte-Tulle et à Signes pour Eiffage Énergie. Une entreprise qui a besoin de main d'œuvre et qui a sollicité les organismes de formation comme l'Eco-campus. « Le centre de formation de la CCIT est en relation directe avec les entreprises rappelle François c'est l'idéal pour l'insertion professionnelle. L'Eco-campus répond aux besoins des entreprises, c'est le contraire des formations parking. On est huit apprentis dans cette classe. Je suis le plus âgé mais il y a aussi des parcours de vie très divers. Dans cette filière professionnelle, il y a du boulot pour trente ans », conclut François qui passera son diplôme en novembre prochain et compte bien rallier le monde du travail dans la foulée.
B.F.

François Amigon

apprenti dessinateur/projeteur en fibre optique